Blog frelons urbains

Face à la forte pression des frelons cette année 2020, plusieurs apiculteurs installés en ville souhaitent échanger sur leurs observations, leurs techniques ou leurs propositions de solutions.

A cet effet, nous créons ce blog pour les utilisateurs qui souhaitent s’enregistrer et échanger ensuite.
Pour l’enregistrement en tant qu’utilisateur, et pour éviter les « utilisateurs » farfelus ou mal intentionnés, vous devez au préalable envoyer un message (mail) au secrétaire qui vous inscrira en vous envoyant un mot de passe de connexion. Votre mail dont comporter votre nom, prénom, lieu de résidence, votre NAPI (numéro d’apiculteur).
à adresser à: secretaire(arobase)gdsa34.org  (remplacer arobase par le symbole mail habituel).
Ensuite,une fois connecté en tant qu’utilisateur,  au bas de cette page, vous laisserez un commentaire ou bien vous répondez à un commentaire posté..

4 commentaires à propos de “Blog frelons urbains”

  1. Bonjour,
    J’ai mon rucher sur la commune de St Geniès des Mourgues ( 34160) depuis plusieurs années. J’ai tous les ans des problèmes avec les frelons, qui sont, il est vrai, en plus grand nombre cette année. Après avoir essayé diverses recettes et méthodes de piégeage, je me suis arrêté sur les petits pièges vendus par « Veto-Pharma ». Ce n’est certainement pas la méthode la plus économique, mais c’est de loin la méthode la plus pratique et la plus efficace (j’utilise pour ma part leur appât). Ils sont aussi pratiques car peu chers, et on peut ainsi en mettre plusieurs et les disséminer un peu partout sur le rucher. J’ai essayé de limiter dans le temps ( au cours de l’année) l’utilisation du piégeage mais la pression des frelons est telle que je suis obligé de piéger de février à novembre, faute de quoi ils arrivent à me détruire des essaims. Nous sommes au mois d’octobre et j’ai encore des frelons et je continue donc à piéger. Si quelqu’un a une méthode plus efficace et plus sélective, je suis preneur

  2. Attention, les techniques à base de Fipronil sont particulièrement dévastatrices pour les oiseaux qui, comme les mésanges, sont friandes de larves de frelons empoisonnées! Le rôle des apiculteurs n’est pas de mettre dans la chaine alimentaire des substances insecticides toxiques!

Laisser un commentaire